Votez pour la sortie du nucléaire !

Enfin un peu de démocratie à propos de nucléaire ! Du 11 au 18 mars, une votation citoyenne est organisée partout en France pour permettre aux citoyens de se prononcer enfin sur la sortie du nucléaire. Cette initiative de la France insoumise fédère largement avec la participation de personnalités anti-nucléaire (administrateurs nationaux de Sortir du Nucléaire, salariés et sous-traitants, membres d’EELV).

Le nucléaire est aujourd’hui une zone de non-démocratie. Les décisions sont opaques, réservées à quelques-uns. Elles engagent pourtant l’avenir écologique, énergétique, sécuritaire et financier du pays à long terme. Le grand carénage pour prolonger la durée de vie des centrales coûtera 100 milliards d’euros, deux fois la dette de la SNCF parait-il insupportable ! Les déchets radioactifs sont là pour des millénaires. Les centrales nucléaires sont les points les plus vulnérables du pays. La dépendance à l’uranium impose toutes les compromissions diplomatiques comme au Niger ou au Kazakhstan. Le prétendu fleuron industriel prend l’eau : Areva a dû être renfloué et EDF est menacée par la folie financière du nouveau réacteur EPR que son directeur financier précédent n’a pas voulu cautionner, préférant démissionner en 2016. Aucune autre politique n’a un impact aussi lourd et durable !

Face à des problèmes majeurs, les pro-nucléaires au pouvoir font le choix de l’entêtement et de la brutalité. Ils nous imposent de continuer dans le nucléaire, sans débat. Le ministre Hulot a enterré la baisse de la part du nucléaire pourtant votée par l’Assemblée précédente. Macron et EDF envisagent la construction de nouveaux réacteurs sans discussion préalable. EDF s’est. Ces jours-ci, le site censé accueillir la future poubelle nucléaire à Bure a été l’objet de toutes les violences : expulsion des opposants, interdiction de manifester etc. Et des militants de Greenpeace viennent pour la première fois d’être condamnés à de la prison ferme pour avoir lancé l’alerte sur la sécurité défaillante du nucléaire en pénétrant dans la centrale de Cattenom en Moselle.

La brutalité frappe aussi les salariés du nucléaire. Les sous-traitants sont précarisés et exposés aux dangers. Les salariés d’EDF sont plongés dans l’incertitude faute d’une planification écologique et sociale de la sortie du nucléaire, et de ses besoins en main d’œuvre. Et pendant ce temps, l’Union européenne exige et obtient la privatisation des barrages hydroélectriques, première source d’énergie renouvelable en France.

Ca suffit ! Le débat ne peut plus être confisqué par un Premier ministre ancien lobbyiste d’Areva et un Nicolas Hulot qui renie chaque jour ses engagements passés. Le peuple tout entier doit pouvoir se prononcer sur cet enjeu écologique et de souveraineté. La Révolution citoyenne se fera aussi dans l’énergie !

Retrouvez toutes les informations sur la votation, les lieux de vote et la possibilité de voter en ligne sur https://nucleaire.vote

Cet édito a été publié dans le journal insoumis L’Heure du peuple. Retrouvez tous les articles sur le site du journal en cliquant ici.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*