Macron : un an, ça suffit !

Décidément, la « fake news » Macron n’en finit pas. On nous avait promis un réformateur moderniste, on n’a qu’un petit télégraphiste des exigences archaïques et dogmatiques de la Commission européenne. Il est obligé de multiplier les mensonges pour masquer l’injustice de la sa politique. La grève lui fait peur. Il pourrait reculer sur les ordonnances à la SNCF. Le Premier ministre promet à ceux qui veulent y croire un recul sur la hausse de la CSG. Le pouvoir veut éteindre l’incendie et diaboliser les résistants.

Les cheminots seraient des « privilégiés ». On se demande bien en quoi : leur salaire n’est pas plus élevé que celui des autres salariés, ils n’ont pas plus de congés si on intègre les week-ends travaillés et ils doivent cotiser aussi longtemps pour leur retraite. D’ailleurs, si les cheminots étaient vraiment privilégiés, Macron aurait fait cheminot, pas banquier d’affaire chez Rothschild ! Et les médiacrates auraient fait de même au lieu de bénéficier grassement de la niche fiscale pour journalistes.

Reste les billets de train gratuits pour les enfants des cheminots ? Chiche, supprimons tous les privilèges liés à la naissance. Car en la matière, il y a bien plus insupportable. Voyez ces héritiers d’artistes se déchirer pour des millions ou toucher le fruit du talent de leur parent sans se donner aucune peine. Voyez ce Pierre Gattaz né avec une entreprise et la présidence du MEDEF dans son berceau. Voyez tous ces descendants qui vont hériter du jackpot maintenant que Macron a supprimé l’ISF de papa-maman !

La SNCF coûterait trop cher ? 1000 euros par an et par Français nous dit-on en additionnant des choux et des carottes. Et demain quoi ? Les mêmes se demanderont pourquoi ceux qui n’ont pas d’enfant payent pour l’école de tous ? Pourquoi les biens portants payent pour les malades ? Tant qu’à faire, faîtes vos comptes : l’évasion fiscale des riches et des multinationales nous coûtent 1600 euros par an et par contribuable en manque à gagner pour l’Etat. Diantre, presque deux fois la SNCF et les services publics qu’elle rend partout ! Mais évidemment, Macron ne fera rien, ou si peu. Tout le monde n’a pas la chance d’être riche.

Pourtant quand il s’agit de contrôle, le gouvernement sait se montrer tatillon. Pour les chômeurs, c’est la radiation qui menace. Pour les patrons voyous, c’est le « droit à l’erreur ». Et pour les gros évadés fiscaux, c’est « venez me voir dans mon bureau, on va arranger ça » comme avec Amazon.

C’est que Macron prépare « des privatisations importantes » comme l’a dit le ministre Le Maire. Certains pilleurs de bien public ont déjà l’eau à la bouche. Après les autoroutes, voici la Française des Jeux et des aéroports. En attendant demain le TGV, autoroute du rail. Avec Macron, le peuple en bave et les riches se gavent. Décidément, un an, ça suffit !

Edito publié dans le journal L’Heure du peuple

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*