« La retraite par points, ça sert à baisser les pensions » : le vrai projet de Macron dévoilé par Fillon

Emmanuel Macron veut réformer les retraites dans les prochains mois. Son but : en finir le système actuel de retraites par répartition pour le remplacer par un système de retraites « à points ». Ca n’a rien de technique. Le système actuel, même imparfait, garantit à chaque salarié de savoir le montant de sa retraite à l’avance en fonction de son salaire.

Dans le système par points, chacun cotisera mais sans avoir aucune garantie sur le montant de sa pension quand il partira : les cotisations servent à acheter des « points ». Et les points accumulés donnent droit à une pension… Mais la valeur du point varie chaque année. On sait combien on paye, mais on ne sait pas combien on touchera ! C’est une arnaque pour pousser les gens qui le peuvent à se payer des retraites complémentaires privées.

Dans la campagne présidentielle de 2017, il y avait un autre candidat favorable à la retraite pas points. C’était François Fillon. Dans un discours devant un lobby patronal en 2016, il avait avoué le vrai avantage de ce système à ses yeux. Ecoutez-le dans la vidéo ci-dessous. « le système par point en réalité, ça permet une chose, qu’aucun homme politique n’avoue. Ca permet de baisser chaque année le montant des points, la valeur des points, et donc de diminuer le niveau des pensions« . Vous voilà prévenu sur le vrai but de la réforme Macron à venir !

 

J’en profite pour remettre ici, mon édito contre le projet Macron publié en juin dans l’hebdo insoumis L’Heure du peuple

Retraites : le vautour Macron

Les aides sociales coûtent « un pognon de dingue » selon Macron. Marie-Antoinette n’aurait pas dit mieux. Mais l’offensive porte loin. Dans le viseur, il y a l’ensemble des « prestations sociales » et notamment les retraites. Elles sont sa prochaine cible. Il y voit l’occasion de gaver ses amis financiers et de confirmer son leadership à droite. Avec une réforme « début 2019 », le thème de la campagne européenne est là.

D’autant que les réformes des retraites sont très liées à l’UE et à ses règles budgétaires qui imposent de réduire les dépenses publiques et sociales. Sarkozy et Hollande ont déjà tapé fort : report de l’âge de départ à 62 ans, allongement de la durée de cotisation à 43 ans, décote sur les retraites complémentaires avant 67 ans etc. Jean-Paul Delevoye, l’émissaire de Macron sur le sujet, voit plus loin avec la possible suppression des pensions de réversion !

La réforme Macron sera plus injuste que le système actuel. Le slogan selon lequel « 1 euro cotisé donnera les mêmes droits » est une arnaque. Car Macron veut remplacer le système actuel par une retraite « par points ». C’est-à-dire un système où les droits dépendent uniquement du nombre de points de chacun. C’est la disparition programmée de l’égalité par les protections collectives comme l’âge légal de départ. Delevoye le dit très clairement : si « je n’ai pas assez de points, je reste » au travail (ou au chômage d’ailleurs) quel que soit mon âge.

Et il a prévenu : « il n’y aura pas de points gratuits » donc pas de prise en compte de la pénibilité du travail par exemple. Vous aviez cru entendre « justice » ? Mais le chacun pour soi ne peut être qu’injuste ! D’autant que ceux qui ont le plus d’euros continueront à avoir plus de droits comme le PDG de Carrefour et ses 500 000 euros de retraite annuelle !

La vérité est établie : les pensions baisseront. Et en plus, elles varieront au gré de la valeur du « point ». Elle serait fixée automatiquement selon la démographie et la conjoncture, avec de fortes baisses possibles d’une année à l’autre. Impossible de prévoir le montant de sa pension pendant sa carrière ! Vous avez aimé la hausse de la CSG ? Vous adorerez la retraite à points !

C’est l’autre but de Macron : détruire la confiance dans le système solidaire pour pousser les gens vers les assureurs et leurs produits financiers. La loi Pacte présentée ces jours-ci prépare le terrain. Au milieu de privatisations et de reculs sociaux, elle renforce les avantages pour l’épargne retraite privée dite « supplémentaire ». C’est-à-dire celle que se payent ceux qui en ont les moyens pour compléter leurs retraites obligatoires de « base » (la Sécu pour la plupart) et « complémentaires ». Bref, si vous voulez une retraite, payez-vous là avec les futurs fonds de pension Macron. Sauf si la réforme Macron finit comme Marie-Antoinette !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*